Profitons des soldes pour nous mettre au made in France !

Les soldes d'été 2016 ont lieu du 22 Juin au 2 Août cette année. Comme l'an dernier, les français devraient y consacrer en moyenne un budget de 245 euro chacun.

Ces dernières années, les soldes ont pris une ampleur telle qu’ils sont devenus un business à part entière pour les entreprises, s’avérant très lucratif. Dans le prêt-à-porter, les ventes réalisées sur les produits soldés représentent désormais 45% du total des ventes réalisées en moyenne, contre 34% « seulement » en 2011. L’augmentation récente est phénoménale (cf. p8). Pour les entreprises, il ne s’agit plus d’écouler les invendus d’une ancienne collection, mais bel et bien de profiter au maximum de cette aubaine commerciale.

Interrogeant un responsable des achats d’une grande marque de prêt-à-porter (cf. notre interview en page 7), la FIMIF a souhaité mettre en

Soldes Made in France

lumière les pratiques invraisemblables de ces marques qui surfent sur des marges exorbitantes, allant jusqu’à faire payer 13 fois le prix de production aux consommateurs (contre 2,5 à 4 fois en moyenne pour les marques Made in France), ou encore de celles qui procèdent à des surplus de commandes pour les soldes tout en détruisant des dizaines de milliers de produits invendus. Le consommateur « achète le vernis et l’histoire, pas ce qu’il y a derrière », témoigne cet acheteur.

Le gaspillage textile reste en effet méconnu, alors que les enjeux sont inédits. Les français achètent en moyenne 30 kg d’habits et de chaussures chaque année[1], et sont 60% à disposer de vêtements qu’ils n’ont jamais revêtus[2]. En moyenne, 30% des vêtements que nous achetons ne sont jamais portés[3], sans compter tous ceux que nous ne portons qu’une ou deux fois... Selon une étude réalisée en 2016 par GEMode (Groupe d’Etudes et de recherche sur la Mode) un vêtement H&M ne serait porté que 18 fois avant d’être jeté. Autrement dit, sa durée de vie ne dépasserait pas 6 à 12 mois. Plus globalement, selon l’ADEME, 80% des biens produits ne donneraient lieu qu'à un seul usage avant d'être détruits. Des chiffres qui donnent le vertige sur les excès d’un système de consommation de masse où chacun de nous est finalement perdant.

En outre, les objectifs de ventes en période de soldes ont pris de telles proportions que les pratiques malhonnêtes visant à tromper le consommateur seraient devenues monnaie courante. En 2013, la répression des fraudes a réalisé 11 000 contrôles relatifs à l’application de la législation des soldes. Pour  3 500 d’entre eux, soit près d’un contrôle sur trois, un comportement inapproprié voire frauduleux a été détecté[4] : publicité mensongère, prix de référence gonflé, commande « spéciale »… (cf. page 9).

Face à ce système, des marques françaises rivalisent d’ingéniosité et inventent de nouveaux modèles économiques. Certaines, telles que 1083, Storks, Juste ou encore Tuff’s ont décidé de sortir complètement des soldes (cf. pages 10-12) ; d’autres tels que Smuggler ou DKS optent pour une stratégie raisonnée des soldes, visant plutôt à toucher et fidéliser une clientèle « solde » qui profite d’un prix réduit pour acquérir un produit haut de gamme (cf. page 13).

S’il serait une erreur de blâmer ceux qui font les soldes faute de moyen, il nous semble néanmoins nécessaire de conscientiser encore et toujours sur les limites de la consommation de masse à faible qualité intrinsèque, sociale et environnementale. Pour la FIMIF, savoir, c’est choisir en toute conscience (cf. pages 14-15) !

A l’occasion de l’ouverture des soldes, la FIMIF organise une campagne de sensibilisation du public. Le RDV est pris pour le 22 juin de 9h30 à 14h à l’entrée des Galeries Lafayette de Paris Hausmann. A cette occasion, une dizaine de bénévoles de la FIMIF distribuera un tract aux passants (cf. pages 4-5) ; un véritable outil pédagogique spécialement conçu pour l’occasion. La FIMIF invite tous les parisiens à la rejoindre et lance également le hashtag #cfaitoù pour interpeller les marques peu scrupuleuses ou peu transparentes sur les réseaux sociaux. Ensemble, faisons bouger les lignes !


[1] Source : reportage de France 5 « Vêtements, n’en jetez plus »,

[2] Source : Planetoscope

[3] Source : Le Journal du Net

[4] Source : DGCCRF